Avion

Voyage en avion, des risques pour la santé

Prendre l’avion : les impacts sur la santé

 

Le personnel d’avion ou encore les femmes et hommes d’affaires prenant souvent l’avion, ont la chance de voyager et de côtoyer un environnement unique ainsi que de nouvelles culture. Mais ce mode de vie, souvent très envié, comporte une face cachée beaucoup moins glamour. En effet, ces personnes sont beaucoup plus exposé à des risques et impacts sur la santé dus au voyage aérien.

 

On imagine souvent que prendre l’avion souvent ou y travailler est une chance, une chance de nous permettre de découvrir de nouveaux horizons. Mais à en croire une étude menée par des chercheurs de l’université de Surrey au Royaume-Uni, ainsi que celle de Lund et Linnaeus en Suède, une utilisation trop fréquente de ce qu’on dit être “le moyen de transport le plus sûr” serait mauvais pour la santé.

En effet, si l’on compare a des personnes prenant l’avion occasionnellement, les personnes, qui elles, le prennent plus souvent sont 100 fois plus exposé à des facteurs de vol capable de provoquer des mutations génétiques ou cancérigènes. Parmi eux, des radiations cosmiques liés aux particules spatiales filtrés par notre atmosphère terrestre, des polluants comme des résidus (nombreux) de carburant, des produit dégager par la couche d’ozone ainsi que des champs électromagnétique.

 

Une exposition trop prolongée ou récurrentes a de tels éléments est mauvaise pour la santé. Conséquence de ces expositions régulière pour le personnel d’avions et les usagers récurrents, ils sont plus à même de développer des types de cancers ou de contracter des maladies cardio-vasculaires.

Par exemple, les risques développés par une hôtesse de l’air de contracter un cancer du sein augmenteraient de 40%. Il en va de même pour les astronautes femmes. Mais le cancer n’est pas la seule maladie avec des risques pouvant être décuplés. Des maladies bénignes comme la grippe par exemple voient, en seulement deux heures et demi de vol, leurs risques de contractions augmentent de 20%. La transmission de maladies infectieuses, comme les maladies respiratoires augmentent elles aussi, à cause du non-renouvellement de l’air dans la cabine ainsi que la fatigue des organismes des voyageurs, qui consomment beaucoup plus d’énergie en altitude.

 

Il a été prouvé qu’une exposition à des radiations de particules avec une haute énergie provoque un stress oxydatif. Une étude sur des sujets sains a prouvé qu’une baisse de leur système de défense antioxydante avait lieu après une exposition à des particules à hautes énergies.

 

L’avion présente donc certains risques, et pas des moindres, entre maladie grave et mutations génétique, additionné à la factorisation de transmission de virus, et l’affaiblissement des organismes, il impacte donc beaucoup plus la santé que ce que l’on pensait. La question de savoir si, après ces révélations, il sera encore désigné comme mode de transport le plus sûr de tous, se pose alors.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *